Lambayeque

Bienvenue à Lambayeque!

Ici, entre le désert et les vallées étouffantes, se trouvent d’importants vestiges archéologiques, tels que des pyramides et des centres administratifs. Il s’agit de la terre des rois qui ont gouvernés le nord du Pérou il y a des siècles, dont l’un est revenu du passé: le Seigneur de Sipán. Il existe d’autres sites archéologiques importants à explorer, tels que Sicán, Túcume et Chotuna, ainsi que des musées à la pointe de la technologie avec des collections inestimables.

Lambayeque possède aussi des plages, comme la balneario de Pimentel, et de la nature, sous la forme de la forêt de Pómac et la réserve de Chaparrí et une excellente tradition gastronomique qui est incrustée dans l’ADN de ses habitants.

Curiosités

Attractions principales dans la ville

Construite en 1869 dans un style néoclassique. L’entrée possède deux portes supportées par des colonnes doriques, devant les trois arches de l’entrée. L’image en bois sculpté du Cristo Pobre (Christ de la pauvreté) est un attrait à voir.

Un bâtiment de l’ère de la République avec de grandes fenêtres et des portes en fer forgé. Construit en 1919, il a été calculé que la construction aurait coûté environ 30 000 livres d’or.

Les origines du temple remontent à des abris ou petites chapelles qui offraient la messe en l’honneur des défunts et célébraient les fêtes des saints des communautés Cinto et Collique. Construit en 1840, il présente une structure rectangulaire, avec deux clochers et un petit atrium. Le toit voûté est soutenu par des poutres de caroube, tandis que le maître-autel et les alcôves sont couverts de feuilles de bronze.

Construite en 1924 en l’honneur du Commandant Elías Aguirre, un héros Chicalayan de la Bataille d’Angamos dans la Guerre du Pacifique (1879). La plaza a ét conçue par le sculpteur péruvien David Lozano.

Monsefú est une région connue pour son cotton, le tissage de fil et de paille (chapeaus, paniers, sacs, sacs à main). La région est également célèbre pour ses broderies, qui intégraient même des fils d’or ou d’argent. Des serviettes délicates, des nappes, des chemisiers, des jupes, des ponchos et des manteaux brodés peuvent être achetés ici.

Attractions principales dans les environs

Situé sur le bord de l’ancien domaine de Pomalca. En 1987, une tombe a été découverte contenant les restes intacts d’un membre de la royauté Moche, le Seigneur de Sipán. La découverte a révélé le rituel et les hommages reçus dans la tombe d’un souverain Moche, qui était accompagné d’un guerrier, d’un prêtre, de deux femmes, d’un enfant, d’un chien, d’un lama et d’un gardien aux pieds amputés. La dot funéraire comprenait de nombreux bijoux en or et en argent ornés de pierres de turquoise et de lapis-lazuli. La structure ou huaca est formée d’une plate-forme funéraire et de deux pyramides d’adobe tronquées, appartenant également à la culture Moche (1er – 6e siècle après J.-C.).

Une station balnéaire moderne, idéale pour le surf, le bateau à moteur et la planche à voile. Les visiteurs peuvent également voir des pêcheurs dans des «caballitos de totora» (des chevaux de roseaux), des radeaux traditionnels comme ceux utilisés par leurs ancêtres sur la côte péruvienne, depuis l’ère précolombienne.

Propriété de la communauté rurale de Muchik Santa Catalina de Chongoyape. La première zone de conservation privée du Pérou. Son objectif est de préserver les forêts sèches et la riche biodiversité de la zone, ainsi que la mise en place de mécanismes permettant l’utilisation durable des ressources naturelles. Il abrite de nombreuses espèces menacées, dont l’ours à lunettes, le guanaco, le guan à ailes blanches et le condor andin.

Peuplée de fermiers qui cultivent le riz, l’ancienne église Santa Lucía (style baroque) est un attrait important. Connu sous le nom de «Terre de la double foi», en raison de la présence de croyances à la fois catholiques et chamaniques (sorcellerie).

Construite en 1552, avec de précieuses gravures sur bois et des autels en marbre de style baroque. Architecturalement, le bâtiment est caractérisé par des colonnes avec des points angulaires décorant sa façade, qui a une représentation extrêmement détaillée de « Los Ojos de Santa Lucía », (les yeux de Sainte Lucie), saint patron de la ville, entre ses deux tours possédant des dômes semi-sphériques.

Sicán, ou Maison de la Lune, un musée qui rassemble les résultats de recherches menées depuis plus de deux décennies par l’archéologue Izumi Shimada, directeur du Projet archéologique de Sicán (1978). L’exposition propose des objets qui ont été découverts lors des excavations réalisées dans le site de Batán Grande et explique comment ils étaient utilisés et fabriqués. L’objectif est de présenter différents aspects liés à la culture Sicán, par la représentation des détails de la vie domestique, des processus de construction de bâtimentts et le travail. Les tombeaux excavés et les dots funéraires sont exposés dans les différentes salles. Le musée fournit des informations détaillées sur comment le site a été excavé et préservé, ainsi que la chronologie, le développement, les réseaux d’échange, les activités économiques, les rituels funéraires et la vision de l’univers de la culture Sicán ou Lambayeque.

Une forêt sèche, un refuge pour les caroubiers, les oiseaux et les sites archéologiques de la culture Sicán. 20 structures pré-Inca ont été découvertes ici, incluant le Huaca Las Ventanas, le Huaca Lucía, le Huaca La Merced et le Huaca Rodillona. Le nombre d’objets en or trouvés était extrêmement surprenant. Le projet archéologique de Sicán a permi de découvrrir un site funéraire, avec une dotation funéraire importante composée de couronnes, coiffes, masques, bracelets, colliers, armes, objets de protection et autres objets en or, ainsi que des perles de turquoise, spondylus, lapis-lazuli et ambre. La forêt a une grande variété de flore, incluant sapota, guarango et caroubiers.

Le site abrite plusieurs manoirs de vice-royauté, incluant la Maison Cúneo House et la Maison Descalzi, mais le plus connu est la Casa de la Logia Masónica (le loge maçonnique), avec un ancien balcon sculpté de 400 ans, long de 64 mètres et considéré comme le plus long du Pérou. La maison est située à l’intersection entre les rues Dos de Mayo et San Martín. D’autres bâtiments importants incluent l’église de San Pedro (Saint Pierre) du 16ème siècle et la ville universitaire, qui abrite l’Université Nationale Pedro Ruiz Gallo.

Construite au milieu du 17è siècle, l’église a deux tours jumelles, trois nefs et des demi-arches. Les nefs latérales retiennent des pièces en bois doré du XVIIIe siècle. Parmi ceux-ci, la plus connue, l’image de Nuestra Señora de las Mercedes (Notre Dame de la Mercedes). Derrière quelques autels, des murs ornés de peintures murales du XVIIe siècle ont été découverts.

Le site, un exemple d’architecture moderne, contient une collection archéologique d’objets en or, en argent et en cuivre, récupérés de la tombe du Seigneur de Sipán. Le musée est dirigé par l’archéologue Walter Alva, chef de projet et directeur, qui a découvert le lieu de sépulture du site archéologique de Huaca Rajada à Sipán. Les princupaux attraits incluent des ornements d’oreille, des sceptres cérémoniaux, des médaillons, un lingot d’or circulaire plein, des anneaux de nez, des colliers en forme de cacahuète d’or, un menton d’or, un masque de joue, une coiffure, des yeux et un casque.

Vidéo

Carte

Circuits à Lambayeque:

Leave a Review

Your email address will not be published.